You are currently viewing Orientation scolaire : Dis moi qui tu es, je te dirai ce que tu peux faire

Lorsque vous étiez enfant, vous saviez toujours quoi répondre lorsqu’une âme bienveillante vous lançait la question fatidique : « Alors, que veux tu faire quand tu seras grand ?». 15 ou 20 ans après, cette simple question vous met dans tous vos états : la réponse, si aisée à vos 5 ans, est devenue un vrai casse-tête à 15 ans voire une énigme insoluble à 20 ans. Alors, que s’est il passé entre temps ?

Quand je serais grand, je ferai…..

Il y a plusieurs facteurs qui amènent un enfant de 5 ans à pouvoir répondre instantanément à cette question existentielle alors que cette dernière met l’adulte que nous devenons en grand embarras. La raison principale est cependant assez simple à discerner: même s’il a une courte expérience de vie et un champ encore restreint des possibilités qui s’offrent à lui, la motivation de l’enfant est basée essentiellement sur ce qui l’inspire viscéralement, sur ce qui suscite en lui une émotion suffisamment porteuse qui l’amène à se projeter avec confiance et conviction dans le futur.

Rappelez vous de ce moment-là : sur le vaste terrain de jeu qu’était la vie, il y avait des choses que vous aimiez tout particulièrement, ou une personne que vous aviez côtoyée et qui exerçait un métier suscitant votre admiration : maîtresse d’école, pompier, camionneur, garagiste, cascadeur, médecin, coiffeuse, bûcheron, vétérinaire et j’en passe.

La vérité vient de la bouche des enfants

Quel est donc le secret ou la sagesse de cet enfant qui répond spontanément à cette question cruciale, sans se prendre la tête, sans qu’un seul doute ne vienne perturber son esprit ? En fait, à cet instant précis, l’enfant ne réfléchit pas. Il sait instinctivement ce qui le met en joie, il sait ce qui le motive, ce qui le fait vibrer, et le métier qui lui vient tout naturellement est le reflet pur et simple de ce qui l’anime. Aucun questionnement sur ce que tel ou tel métier peut lui rapporter personnellement, sur son salaire, sur la sécurité de l’emploi, sur les éventuelles difficultés du cursus d’études, sur les débouchés éventuels au vu de la conjoncture économique.

Faire ou être, telle est la question

Nous avons tous vécu cette période magique de l’enfance et nous portons en nous cette sagesse. Il est donc au fond assez simple de nous en inspirer pour retrouver ce qui ce qui nous fait instinctivement vibrer dans le moment présent, ce qui nous met en joie en offrant le meilleur de nous, bref, pour comprendre quelles sont nos motivations intrinsèques et, somme toute, immuables. « Que faire comme métier » n’est donc définitivement pas la bonne question à se poser

Par contre, identifier sa motivation, ce qui vous a rendu et vous rend toujours vivant, joyeux, généreux de votre temps et de vos talents, là se trouve la clé. C’est une fois que cette palette de talents et de motivations est consciemment identifiée que se déploiera naturellement toute une gamme de métiers ou de rôles qui vont vous permettre d’exercer la motivation spécifique et centrale qui est la vôtre.

La motivation comme moteur

La première étape pour choisir une option professionnelle est donc d’identifier vos motivations et de visualiser ce que vous aimeriez vivre dans une journée de travail idéale. Pour vous y aider, voici quelques suggestions :

  • Faites une liste de vos passions, de vos talents, des différents sujets qui vous intéressent dans la vie. Posez vous les questions suivantes : en quoi parlent-ils de vous ? Pourquoi sont ils si importants pour vous ? Que vous permettent-ils d’exprimer de vous ? Si vous avez le don de faire rire, de parler plusieurs langues, d’avoir une oreille musicale, d’être un pro en freestyle, regardez pourquoi ces passions sont si importantes pour vous, qu’est ce que ces activités ont de si important pour que vous aimiez y passer autant de temps ?
  • Cernez ce qui se cache derrière ce que vous aimez faire, ce que vous cherchez à exprimer au travers de vos actes, que ceux ci soient liés à vos études, à vos hobbies ou même à votre quotidien le plus anodin. 
  • Reprenez vos rêves d’enfants. Que vouliez vous devenir ? Pourquoi ? Quelles sont vos motivations propres qui se cachaient derrière la volonté de devenir maîtresse d’école, vétérinaire ou pompier ? Exercer un métier aventureux, aider les autres à s’instruire, exercer une autorité, guérir des personnes malades, défendre des causes, découvrir de nouveaux paysages, etc..
  • Entreprenez un test de personnalité spécialisé dans l’orientation professionnelle, tel que le test MBTI®, pour mieux vous comprendre et mettre des mots sur vos motivations, sur ce que vous cherchez à atteindre et à exprimer dans un travail.

Un choix naturel

Une fois que vous êtes au clair avec toutes les motivations sous-jacentes à votre personnalité, les métiers possibles qui vous permettront d’exprimer au mieux toutes ces motivations vous viendront beaucoup plus aisément.

Une personne qui est motivée par ce qu’elle fait a bien plus de chance de s’épanouir dans son travail, de réussir sa vie, que celle qui choisit un métier qui rapporte, qui « sonne bien » par rapport à une norme dictée par un marché économique. La génération qui vous précède en a fait l’amère expérience. Travailler pour assouvir des intérêts purement personnels a contribué à forger une société avec peu de saveur, peu d’intégrité, peu de talents, peu d’engagements collectifs.

Travailler pour offrir ce qu’il y a de meilleur et de plus porteur en vous participera à construire une société plus saine, plus équitable, plus épanouie, plus juste. La plupart des adultes qui ont suivi leurs motivations sont ceux qui font véritablement avancer le monde, car jamais ils ne se lassent, sans cesse ils se recréent, sans cesse ils cherchent à donner le meilleur d’eux-mêmes, très peu se laissent corrompre dans leur intégrité, et ce sont eux qui savent rebondir dans des situations difficiles que parfois la vie les amène à vivre.

Rapprocher l’être et le faire

Une fois que vos motivations sont bien identifiées, posez vous la question suivante : quels sont les métiers, les domaines, ou les rôles dans une entreprise qui peuvent m’aider à exprimer ce que je suis, ce qui m’anime. C’est alors que vous pouvez vous repérer dans les centres d’orientation professionnelle ou choisir un stage pour découvrir par vous-même la réalité d’un métier. 

Vous trouverez par ailleurs bon nombre d’informations sur des sites tels que www.orientation.ch ou www.citedesmetiers.ch : descriptif de métiers, contenu des formations, perspectives professionnelles, formations continues. Si vous avez déjà identifié un domaine qui vous passionne, privilégiez les sites d’organisations faîtières et des associations professionnelles : ICT Switzerland pour le secteur des technologies de l’information, La Convention Patronale de l’Industrie Horlogère, juste pour donner quelques exemples.

C’est en combinant vos talents personnels, vos passions, vos centres d’intérêt et vos motivations que vous déboucherez sur des métiers qui font du sens sur le plan personnel et pour lesquels vous serez prêts à tout donner au monde qui vous entoure. A ce stade de votre vie, vous avez une grande responsabilité qui est celle de choisir ce que vous voulez offrir plutôt que d’opter sur ce que cela peut vous rapporter. Force est de constater que les métiers que vous choisissiez lorsque vous étiez enfant étaient toujours voués à apporter quelque chose de constructif à votre environnement ou à votre communauté. Pourquoi cela devrait il tomber dans les oubliettes et relever du domaine de l’utopie ? Un métier motivant est la meilleure garantie pour éviter qu’une société s’étiole, s’ennuie et se détruise. Un métier qui met en scène vos motivations vous permettra pour sûr d’enrichir non seulement votre vie mais également la vie de ceux à qui vous offrirez vos compétences.

Envie de trouver votre voie professionnelle ?

Parlons-en lors d'un premier pré-entretien sans engagement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.